Partir vivre à l’étranger

by Laura Choquet
0 comment 449 views

Ah ! Vivre à l’étranger, devenir un expat’… Pour beaucoup, c’est un rêve, mais peu osent réellement qu’il devienne réalité. Personnellement, m’expatrier n’a jamais été un de mes rêves, mais voilà la vie nous réserve plein de surprises et me voilà donc, l’année de mes 18 ans en train de remplir des documents pour partir vivre à Montréal.

Pourquoi Montréal ? Tout simplement par un concours de circonstances. En effet, je voulais étudier en graphisme, mais je ne trouvais rien qui me convenait ou qui entrer dans notre budget en France… Après être allée à un forum étudiant, j’ai alors découvert que les études au Québec, pour les Français, étaient gratuites ! En rentrant je me suis donc jetée sur mon ordinateur pour en savoir plus et en deux heures, j’avais trouvé la formation que je voulais faire, à un prix plus que raisonnable : 250€/année et dans un pays étranger. Bref, le rêve ! Le lendemain on s’affairait à entreprendre toutes les démarches et une semaine plus tard tous les documents étaient envoyés au gouvernement du Canada.

Le 1er mars 2017, soit le jour de mes 18 ans, je recevais mon acceptation du gouvernement du Québec pour un permis d’études. Le 1er août 2017, je déménageais pour la première fois de ma vie, seule et dans un pays étranger. Alors oui j’ai toujours beaucoup voyagé, mais toujours avec ma mère et étant très proche l’une de l’autre, on ne savait pas vraiment comment la séparation allait se passer 😅. Alors, pourquoi partir ? Si loin en tout cas ? Tout simplement parce que j’estime que dans la vie, il faut savoir accepter toutes les opportunités qu’on nous offre. Sinon, c’est le regret qui viendra prendre cette place.

C’est bien beau, mais qu’est -ce que ça vous apporte à vous ? Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais je fais beaucoup d’articles sur des événements qui ont lieu à Montréal. Mais surtout, dans une série d’articles qui vont suivre celui-ci, je vais tout vous expliquer pour faire les démarches pour venir étudier au Québec, en tant que français.

Vous pourrez aimer

Leave a Comment